Passer au contenu

Daniel Gentsch, en avez-vous parfois marre?

Daniel Gentsch répond à nos questions – même non spécialisées – dans le Rendez-vous.

  • 4 Minutes

Nom: Daniel Gentsch

Profession/position: partenaire chez EY, Europe West International Tax and Transaction Services Leader

Famille: marié à Nicole, enfants: Virginia (14 ans), Marlon (8 ans)

Loisirs: sport, tennis

Ce texte est une traduction automatique révisée de l’article original en allemand. Changez les paramètres de langue pour lire l’article original en allemand.

Vivez-vous pour le droit fiscal et le droit fiscal est-il votre passion?

La question me pousse à réfléchir. J’aime le droit fiscal, mais est-ce une passion? Pourquoi qualifierais-je mon métier de passion? Il s’agit de trouver des solutions à des questions complexes qui dépassent le cadre du droit fiscal. C’est surtout la collaboration au sein d’équipes internationales aux compétences les plus diverses et le succès qui en résulte qui font de mon métier une passion. Des clients satisfaits et des collaborateurs satisfaits et motivés sont ma mesure du succès.

Avez-vous une passion (secrète) (en dehors du droit fiscal)?

J’ai passé mon enfance sur le terrain de tennis et j’ai été parmi les meilleurs au niveau national jusqu’à l’âge de 16 ans. Pour réussir ma carrière professionnelle, je n’ai pas manqué de volonté et d’ambition, mais malheureusement de talent. Il est très rare qu’une personne réunisse tous les attributs nécessaires. Espérons que notre petit pays continuera à compter un si grand nombre de joueurs et de joueuses de tennis qui arriveront au sommet mondial.

Quel était votre métier de rêve lorsque vous étiez enfant – et pourquoi n’avez-vous pas continué dans cette voix?

Journaliste sportif – j’ai passé des heures à regarder des matches de football et d’autres événement sportifs à la télévision sans son, en y ajoutant mes propres commentaires. Les cassettes que je possède encore de cette époque sont légendaires (note aux jeunes lecteurs: les cassettes étaient autrefois des supports de son pour l’enregistrement et la reproduction électromagnétiques et analogiques de signaux sonores).

Qu’est-ce qui vous met en colère?

Lorsque la représentation de soi ou des intérêts particuliers font obstacle à la réalisation des objectifs de l’équipe ou de l’entreprise.

Quel est votre objectif de vie (et votre destination de rêve)?

J’aime voyager et visiter de villes. Par exemple, je garderai toujours un merveilleux souvenir de mon voyage au Japon avec ma famille et je me rendrai sûrement à nouveau dans cette destination de rêve. New York est toujours fantastique. Mais si je devais me limiter à une seule destination, ce serait l’Engadine, aussi bien en hiver qu’en été. Pour moi, l’Engadine est la meilleure source d’énergie; un jogging autour du lac de Saint-Moritz ou la vue depuis la cabane de Segantini sur la région des lacs sont difficiles à surpasser.

Comment maintenez-vous votre motivation au travail?

Pour moi, la motivation provient des changements et des nouveaux défis. Dans mon domaine d’activité, je suis  sans cesse confronté à de nouveaux défis, des questions fiscales passionnantes ou d’autres sujets commerciaux que je peux résoudre pour nos clients ou pour notre organisation. Je suis sollicité chaque jour, ce qui me donne sans cesse une nouvelle motivation. La plus grande motivation est toutefois la collaboration quotidienne intensive avec des collègues estimés d’âges, d’origines et de capacités différents.

Vous arrive-t-il d’en avoir marre de votre activité actuelle?

Cela peut arriver. Mais parfois, ce sont précisément ces «phases de souffrance» que l’on voit avec fierté et satisfaction, après avoir pu les surmonter.

Comment vous déconnectez-vous après une journée de travail?

J’arrive presque toujours à me concentrer sur ce que je suis en train de faire. En fonctionnant ainsi, j’arrive à planifier les moments où je traiterai un sujet qui me préoccupe sur le plan émotionnel. Je peux ainsi le mettre de côté mentalement et me consacrer pleinement à mon activité de loisirs. C’est là que mon fils Marlon, comme tous les petits enfants, est le grand modèle: il vit pleinement l’instant présent!

Dans 10 ans, j’aimerais…

Dans 10 ans, j’aborderai probablement mon temps après EY. J’espère que je pourrai alors regarder en arrière et dire que j’ai laissé un héritage. Ce serait bien de quitter notre bâtiment au Maagplatz en laissant derrière moi de nombreux collègues qui ont le sentiment d’avoir été sollicités et encouragés par moi.

Plutôt un bon verre de vin ou une bière?

J’aime beaucoup les bons vins, mais je suis de plus en plus devenu amoureux du champagne ces dernières années. Ce qui est drôle, c’est que j’ai bu de la bière pendant des années en raison de «contraintes sociales», bien que cela ne me plaisait pas du tout. Entre-temps, j’ai compris que, même lors d’un verre entre copains, on pouvait commander autre chose.

Qui aimeriez-vous absolument rejoindre pour aller boire une bière en fin de journée?

Je crois que j’ai déjà mentionné que je n’aime pas la bière. Blague à part, malheureusement, il est très rare que j’arrive à boire une bière le soir. En raison du travail nécessitant beaucoup de temps, il n’y a plus vraiment de bière en fin de journée. Je préfère passer une soirée libre avec ma famille. Même si je regrette l’époque où, au sein d’une équipe, nous travaillions jusqu’à 22 heures sur le rapport de due diligence ou le document de structuration, puis nous allions ensemble à la «bière du soir», parfois un peu longue.

Que feriez-vous si vos enfants voulaient suivre le même chemin que vous?

Je crains que le taux d’occupation élevé et l’accessibilité permanente pour nos clients appréciés aient un effet plutôt dissuasif sur mes enfants. Je voudrais aider mes enfants à suivre leur propre voie, peu importe ce qui les intéressera plus tard.

Pour quoi vous lèveriez-vous au milieu de la nuit?

Étant donné que je me lève le plus souvent peu après cinq heures, ce serait probablement mon travail cinq fois par semaine.

Que prendriez-vous sur une île déserte (pas plus de trois choses)?

Tous mes précieux membres de la famille et amis, un excellent cuisinier et une installation musicale. Je suis conscient que ce faisant, j’interprète le terme «choses» de manière un peu large.

Quel livre lisez–vous actuellement ?

J’adore lire et généralement plusieurs livres en même temps. Il s’agit actuellement de trois: GRM de Sibylle Berg, The Leading Brain de Friederike Fabritius et Commentary to the Global anti-base érosion Model Rules (Pillar Two). L’un de ces trois ne me convainc malheureusement pas du tout…

Avez-vous un modèle?

Non, ou en d’autres termes: j’en ai beaucoup. J’ai et j’ai eu le privilège de travailler avec de très nombreuses personnes très intéressantes et réussies en Suisse et à l’étranger. Il existe aussi de nombreux modèles dans mon cercle privé d’amis. Il s’agit de clients, de supérieurs et de collègues internes et externes à EY. J’observe et j’aime les gens. Mes observations m’aident à faire preuve d’introspection.

Révision par Léa Wäfler