Passer au contenu

Pourquoi juge, Raphaëla Nanzer ?

Raphaëla Nanzer répond à nos questions – pas forcément techniques – dans le Rendez-vous.

Paru dans la publication suivante:

Pourquoi juge, Raphaëla Nanzer ?
Ausgabe
Seite(n)
Ce texte est une traduction automatique révisée. L’article original en allemand (Warum Richterin, Raphaëla Nanzer?) a été publié aux pages 403–405.

Nom : Raphaëla Nanzer

Profession/fonction : présidente du Tribunal fiscal de première instance du canton de Berne

Famille : avec mon partenaire depuis 34 ans

Loisirs : sport, voyages, amis, lecture, cuisine

Ce texte est une traduction automatique révisée de l’article original en allemand. Changez les paramètres de langue pour lire l’article original en allemand. Vous ne voulez pas manquer un article en français? Abonnez-vous à notre newsletter.

Pourquoi êtes-vous devenue juge ? Que seriez-vous autrement devenue ?

Cela peut être lié à mon parcours. Après avoir suivi ma formation de gérante/fiduciaire diplômée fédérale en immobilier et avoir étudié l’économie à Berne (à la «Höhere Wirtschafts- und Verwaltungsschule» [HWV] de l’époque), j’ai étudié le droit. Dans le cadre de mon stage d’avocat dans une étude spécialisée en droit fiscal à Berne, il s’est avéré que le droit fiscal était idéal pour réunir les connaissances professionnelles que j’avais acquises jusqu’ici.
Lorsque, après cinq ans d’activité comme juge suppléante au Tribunal fiscal de première instance du canton de Berne, la possibilité s’est offerte de me présenter comme juge à plein temps, j’ai saisi cette chance. Si cela n’avait pas fonctionné, je serais probablement encore avocate fiscale.

Vous n’avez étudié que dans le deuxième cycle de formation. Qu’est-ce qui vous a poussé à franchir cette deuxième étape ?

J’avais déjà eu une certaine affinité dans le sens de l’apprentissage ou des sciences du droit à l’école de commerce, qui s’est concrétisée au cours des études économiques que j’ai effectuées en cours d’emploi (j’ai travaillé dans le domaine de la fiducie). La question s’est posée de savoir si je souhaiterais aller plus loin dans l’audit économique après la conclusion de l’HWV ou encore étudier le droit. J’ai alors opté pour ce dernier point et je ne l’ai pas regretté à ce jour. Ma formation préalable et mon expérience professionnelle pratique dans le domaine de la comptabilité et de la gestion ne sont certainement pas un obstacle à mon activité actuelle.

Qu’est-ce qui caractérise une juge réussie ?

Un savoir-faire solide, une compréhension rapide, le don d’analyser et de structurer rapidement des situations complexes, un mode de travail précis et un esprit d’organisation. Il ne faut pas oublier non plus la connaissance de l’être humain – et l’empathie.

Vivez-vous pour le droit fiscal ?

Outre le droit fiscal, il y a bien d’autres choses qui sont au moins aussi importantes pour moi et pour lesquelles je m’engage volontiers. Quoi qu’il en soit, je peux dire que je suis très intéressée par le droit fiscal et que j’exerce mon activité de juge fiscale avec beaucoup d’enthousiasme et d’engagement.

Où vous engagez-vous en dehors du droit fiscal ?

D’une manière générale, je m’efforce au quotidien de promouvoir et d’exiger des talents jeunes et motivés et de m’engager pour eux. L’éclatement de la guerre en Ukraine a donné lieu à un engagement accru: Un ami qui s’occupe de requérants d’asile mineurs non accompagnés dans le canton de Berne nous a demandé notre soutien pour héberger des orphelins et leur personnel d’encadrement. Nous nous sommes alors engagés et avons trouvé des logements (abordables). Cet engagement a donné lieu à un engagement prolongé et continu.

Étiez-vous bonne à l’école ?

Oui.

Quelles étaient vos matières préférées ? Y avait-il déjà des signes à l’école que vous deviendriez juge ?

Pendant la scolarité obligatoire, les matières linguistiques me plaisaient le plus. Plus tard, je me suis intéressée aux questions économiques et comptables.
En ce qui concerne la question de savoir s’il existait déjà des signes que je deviendrai juge à l’école, je me suis permis de poser cette question à une amie de bonne et de longue date – et elle a dit,
«pour nous (collègues de classe), il était toujours clair que tu allais devenir juge ou procureur de l’État». Pour moi, ce n’était pas du tout le cas, d’autant plus que je ne fais partie d’aucun parti politique, ce qui n’a pas forcément simplifié la procédure, que l’appartenance à un parti joue un rôle non négligeable dans l’élection des juges.

Avez-vous un modèle à suivre ?

Je n’ai pas de modèle concret. De nombreuses personnes m’ont marquée et m’ont soutenue tout au long de ma vie. Je leur en suis très reconnaissante.

Que faites-vous pendant votre temps libre ? En avez-vous au moins ? Quelles sont vos endroits préférés pour vous détendre ?

Pratiquer du sport, être dans la nature, rencontrer des amis et faire des voyages ou des courts séjours, lire. Je l’apprécie sur le lac de Neuchâtel en faisant de la voile, à la maison dans le jardin ou sur la terrasse. Autre lieu préféré: la maison en Espagne, où nous profitons avant tout du calme et de nous laisser porter, sans l’agitation du quotidien et sans rendez-vous. Et parfois, il faut aussi le contraire de la tranquillité, puis il faut se rendre dans une ville.

Bien-être ou séjour en ville ?

En fait, l’un n’exclut pas l’autre; sinon, les voyages en ville peuvent être facilement combinés avec le shopping. 🙂

Avez-vous une devise de vie ?

Le verre est à moitié plein et non à moitié vide.

Bière ou vin rouge ? 😉

Vin rouge (car je n’aime pas la bière).

Qu’est-ce qui vous met en colère ?

L’Arrogance, le manque d’amabilité et hostilité; la demi-mesure et la négligence.

Quel est votre destination de rêve ?

Pour être honnête, cela change de temps en temps en fonction de l’endroit où un (prochain) voyage doit se dérouler. L’Afrique en fait certainement partie.

Qu’est-ce qui vous attire en Afrique ?

La nature et la chaleur et la cordialité des gens. Les gens expriment leur satisfaction et leur confiance, même si leurs conditions de vie sont souvent très difficiles. Nous avons eu tellement de belles rencontres et avons rencontré des gens incroyables. Les contacts se poursuivent parfois jusqu’à aujourd’hui et sont très enrichissants. Et bien sûr, les grands animaux sauvages sont également stimulants s’ils peuvent être observés à distance.

Qu’emporteriez-vous sur une île solitaire (pas plus de trois choses) ?

Comme d’autres personnes dans le Rendez-vous, j’interprète les «choses» de manière généreuse: mon partenaire, le natel et une couverture chaude.

Quel livre êtes-vous en train de lire ?

«Filles d’un temps nouveau» de Carmen Korn.

Quel conseil donneriez-vous à votre jeune moi ?

Suis ton chemin.

Avez-vous déjà eu de la chance ? Qu’est-ce qui s’est passé ?

Oui, lors d’un grave accident de voiture survenu dans ma jeunesse, dont je me suis heureusement entièrement remise.

À qui aimeriez-vous poser ces questions ?

À tous ceux qui lisent ça.

Nachbearbeitung Nicole Stucki-Racle