Passer au contenu

Buvez-vous du thé dans le train, Denis Boivin?

Denis Boivin répond à nos questions – pas forcément techniques – dans le Rendez-vous.

Nom: Denis Boivin

Profession/position: Avocat et expert fiscal diplômé, Directeur Fiscalité et Droit chez BDO SA / vice-président d’EXPERTsuisse et membre de plusieurs commissions techniques dans le domaine professionnel Tax & Legal

Famille: Marié, deux enfants de 9 et 12 ans

Loisirs: Lecture de magazines économiques et politiques, excursions et voyages, marches

Pourquoi êtes-vous devenu avocat et expert fiscal diplômé?

J’ai fait des études de droit à l’Université de Fribourg par défaut, parce qu’aucune des autres facultés ne m’intéressait. Et le droit mène à tout! Je suis devenu avocat en me calquant sur mon père, aussi avocat et chez qui j’ai effectué mon stage. Quant à la voie de l’expertise fiscale, elle s’est ouverte presque naturellement lorsque j’ai rejoint le monde de la fiduciaire, il y a plus de vingt ans.

Est-ce que vous vivez pour le droit fiscal?

Non. J’adore mon métier et mes activités professionnelles, au sein de BDO et au sein d’EXPERTsuisse. Mais ce n’est pas une fin en soi. J’ai besoin d’un équilibre familial et récréatif à côté de mon travail.

Avez-vous une devise de vie?

«Laudamus veteres sed nostris utimur annis.» (Nous louons les anciens, mais nous sommes de notre temps, tiré des Fastes d’Ovide). C’est la devise du Collège St-Michel, à Fribourg, où j’ai étudié sept ans au siècle passé.

Sur quel sujet avez-vous radicalement changé votre opinion et pourquoi?

Jeune adulte, j’étais un fan des USA, de leur culture et de leur histoire. Depuis la fin du mandat de Barack Obama, je suis complètement désillusionné. Cet État est devenu une gérontocratie dangereuse, peut-être à la veille d’une guerre civile si les présidentielles 2024 dérapent.

Avez-vous une passion (secrète) (en dehors du droit fiscal)?

Ce n’est pas vraiment une passion, mais je suis un grand fan de James Bond.

Qui est votre muse?

The Beatles, Now and Then.

Quel était votre métier de rêve lorsque vous étiez enfant – et pourquoi cela n’a-t-il pas abouti?

Roi. Mais personne dans ma famille n’a de sang bleu …

Quels sont les trois mots clés qui décrivent votre quotidien?

Liberté (le journal), CFF (le train), thé (la boisson).

Qu’est-ce qui vous met en colère?

Lorsque la technique ne fonctionne pas, par exemple avec l’ordinateur ou le smartphone.

Qu’est-ce qui vous fait rire?

Presque tout! L’humour est une arme redoutable en société, mais également à titre professionnel. Et le rire est bon pour la santé, en plus …

Où se trouve votre lieu de prédilection?

C’est en Basse-Ville de Fribourg, où nous avons la chance d’habiter, que je me sens le mieux. Notamment en été, lorsque la piscine de la Motta est ouverte. Nous vivons dans un village, en pleine nature au bord de la Sarine, mais au sein d’une grande ville.

Qu’est-ce qui fait la réussite d’un avocat et expert fiscal diplômé?

Les compétences techniques sont certes primordiales. Mais le plus important à mon sens, ce sont les compétences sociales. Aimer le contact avec les clients et les collègues. Savoir instaurer la confiance avec ceux-ci. Mais également avoir confiance en soi!

Vous arrive-t-il d’en avoir marre de votre activité actuelle?

Marre est un peu exagéré. Mais je vais quitter ma fonction de Directeur Fiscalité et Droit chez BDO le 30 juin 2024, après huit ans à ce poste et plus de quinze ans dans l’entreprise. Ce sera l’occasion pour moi d’accomplir un nouveau défi professionnel, pas forcément en lien direct avec la fiscalité …

Que faites-vous pendant votre temps libre? En avez-vous au moins?

Je profite heureusement de mes week-ends et de mes vacances, en famille essentiellement. Nous suivons nos deux enfants de 9 et 12 ans, qui jouent au football et aux échecs.

Quels conseils donneriez-vous aujourd’hui à votre «jeune moi»?

Ne crains pas les évolutions technologiques, notamment l’intelligence artificielle. Ce n’est qu’une aide qui va faciliter un peu ton travail quotidien, mais qui ne va pas remplacer ton expérience technique et humaine. N’oublie pas que la plupart des réponses aux questions posées par nos clients se trouvent dans la loi. Lis la loi, avant d’actionner les moteurs de recherche en ligne!

Quel serait le titre de votre autobiographie?

Jamais je ne rédigerai une autobiographie. Je ne ressens en effet aucun besoin de raconter ma vie et encore moins de laisser une trace de moi, si petite soit-elle, sur cette planète. L’être humain est éphémère.

Qui aimeriez-vous rejoindre pour boire un verre après le travail?

Des amis qui, comme moi, apprécient de prendre le temps autour d’une bonne bière artisanale ou d’un verre de vin local.

Si vous pouviez faire trois vœux, quels seraient-ils?

Un seul vœu. La santé. Quand la santé va, tout va.

Que prendriez-vous sur une île déserte (max. trois choses)?

Un livre passionnant, une caisse de bières fraîches et un bateau à moteur pour pouvoir rentrer lorsque la caisse de bières est vide.

Quel livre lisez-vous en ce moment?

Je lis l’Atlas historique mondial, de Christian Grataloup. Il s’agit de l’histoire de l’Humanité vue du XXIe siècle en 515 cartes. Comme je suis passionné par les cartes de géographie et qu’il n’y a pas trop de texte, c’est un ouvrage parfait pour un petit rafraichissement historique.

Y a-t-il quelque chose qui vous agace extrêmement dans le domaine fiscal?

La «toute puissance» de certaines administrations fiscales, qui manquent parfois de bon sens et de pragmatisme pour trouver des solutions, certes légales, pour aider le contribuable et ainsi l’économie. Le fédéralisme est aussi un frein puissant au développement de solutions digitalisées dignes de notre temps!

Étiez-vous un bon élève?

Oui, même un très bon élève, jusqu’à ce que je remarque que je n’aurais pas besoin de toutes les connaissances techniques pour mon futur. À titre d’exemple, j’ai «abandonné» en mathématiques à deux ans du baccalauréat, étant conscient que le calcul différentiel ne me servirait jamais à rien dans ma vie.

Qu’est-ce qui vous fait peur?

L’être humain, qui n’a toujours pas compris que les guerres et la violence ne mènent à rien.

Croyez-vous en une puissance supérieure?

Non.